Sortie de crise : bons baisers d’Islande

Telle est du moins la conclusion qui se dégagera, nous l’espé­rons, de la dernière partie de ce travail : les questions relatives au sujet et à l’objet, à leur distinction et à leur union, doivent se poser en fonction du temps plutôt que de l’espace.Les principaux dirigeants européens se contentent de répéter, inlassablement, que la Grèce doit « tenir ses engagements » et qu’elle doit « approfondir ses réformes ».Cette mesure radicale (dans un pays où la TVA n’existe pas !Universalité ne veut pas dire uniformité, répond Antonio Fiori.Or, il apparaît que tous les États membres n’exercent pas avec la même rigueur leur contrôle lors de la délivrance du fameux sésame…

– Des sociétés ont volontairement organisé des opérations « en cascade », créant de fait une véritable opacité en cas de contrôle et limitant la possibilité de remonter la chaîne des responsabilités.Cette idée hypocrite, puisqu’elle récuse le mot qui la définit, est ce qui fait déraper les démocraties.La suppression du contrôle des changes, au même moment, lançait la mondialisation économique.Allez jusqu’au bout.On a toujours représenté la Charité sous les traits d’une mère qui tend à des enfants son sein gonflé de lait ; c’est qu’en effet la charité ne fait qu’un avec la fécondité débordante : elle est comme une maternité trop large pour s’arrêter à la famille.Et ce sera aussi, par conséquent, ce par où d’autres pourront nous répéter.Notons que de tels calculs sur Paris intra-muros sont plus problématiques dans la mesure où la demande de logement peut être satisfaite par les communes avoisinantes.Un tel taux de rentabilité permettrait aux sociétés concessionnaires d’être payées près de 3,7 fois leur investissement initial en 25 ans.

Share This: