Mettre en place de nouvelle règles

Depuis le Moyen-âge, le Français ne saurait donc se réformer.Or, dès que les lires italiennes ont franchi les Alpes, elles deviennent des francs, c’est-à-dire qu’elles gagnent de 3 à 4 pour 100 sur notre marché.Mais cet effet gagne en intensité quand nous pouvons rattacher ces caractères à une cause profonde, à une certaine distraction fondamentale de la personne, comme si l’âme s’était laissée fasciner, hypnotiser, par la matérialité d’une action simple.Ceci posé, nous avons considéré le Corps vivant comme une espèce de centre d’où se réfléchit, sur les objets environnants, l’action que ces objets exercent sur lui : en cette réflexion consiste la perception extérieure.L’accès aux soins s’est profondément dégradé : déserts médicaux dans certaines campagnes et banlieues, raréfaction des médecins de secteur 1 dans les grandes villes, renonciation aux soins courants d’un cinquième des Français pour des raisons financières, services d’urgences saturés au moindre pic épidémique et permanence des soins hospitaliers menacée.Le recul des touristes venant d’Europe a été officiellement de l’ordre de 20%, alors qu’il n’y a pas de risque particulier à voyager en Russie.Il n’est pas une religion qui n’admette une providence, et la providence n’est qu’une sorte de justice distributive qui, après avoir agi incomplètement dans ce monde, prend sa revanche dans un autre : cette justice distributive, c’est ce que les moralistes entendent par la sanction.Pour cela, il faut créer un effet de rareté en rendant l’offre discriminante.Enfin c’est transporter à la course même de la flèche tout ce qui peut se dire de l’intervalle qu’elle a parcouru, c’est-à-dire admettre a priori cette absurdité que le mouvement coïncide avec l’immobile.C’est là que l’on s’aperçoit que le codex est très dégradé.Christian Navlet aime à rappeler cette maxime de Paul Valéry, »C’est la vie et non point la mort qui sépare l’âme du corps ».Dans le cas de la France, les dévaluations internes ne sont pas un substitut aux dévaluations véritables.Ils dégustent un billet bien tourné, ils le reprennent, ils se donnent la satisfaction de le déclamer, afin d’en mieux saisir l’harmonie : « Que c’est bien dit !

Share This: