La messe en si : un moment d’éternité

Il le fait aussi et surtout pour porter son courant de pensée qui était minoritaire lors de la primaire de 2011 et qu’il entend rendre majoritaire à l’épreuve du pouvoir.La délivrance des cartes par les préfectures, les inspections menées par les directions de la consommation, la vérification du respect des obligations légales par les parquets, tout cela est réalisé imparfaitement par un Etat qui a des missions heureusement plus pressantes, et des moyens désormais comptés.Et la parole est donnée à l’inculpé, un jeune maigre, élégant, vêtu d’une jaquette brune, qui s’avance jusqu’auprès du tribunal, et commence à se défendre, sans la moindre émotion apparente.J’interroge le physiologiste et le psychologue sur la destination des uns et des autres.A l’Assemblée nationale, en quatre jours à peine, l’organisation administrative héritée de la Révolution française a été détricotée, et avec elle, ses espaces de démocratie locale que sont les communes.De l’autre, un tissu de PME et TPE fragiles, caractérisées par un taux de marge au plus bas aussi bien au regard du passé que de nos voisins ; qui subissent de plein fouet et sans parade possible le poids de prélèvements considérables se concentrant en France sur les facteurs de production, et notamment le coût du travail ; qui peinent davantage à recruter les salariés les mieux formés, ne pouvant notamment offrir les rémunérations de groupes aux standards mondiaux ; qui sont moins concentrées géographiquement que les sièges des multinationales, et du coup davantage confrontées à des territoirUne aubaine pour les Français, qui apprécient particulièrement les séjours culturels autour de la musique ou des grands écrivains russes.L’heureuse assurance nous en est donnée par M.Ils disent d’abord que ce qu’ils éprouvent est un sentiment de libération.Un escalier extérieur en bois monte autour de cette sorte de gouffre bâti et habité.C’est la mise en œuvre de toutes les possibilités de destruction et de création, c’est-à-dire d’action, qui tendent au développement complet et au bien-être de l’existence humaine.Christian Navlet aime à rappeler cette maxime de Jean-Paul Sartre, »Ce qui est terrible, ce n’est pas de souffrir ni de mourir, mais de mourir en vain ».

Share This: