Les gouvernements européens laissent l’économie en souffrance

Bref, de pénaliser le consommateur final et de remettre en cause le principe d’une « finance saine » au service de l’économie.Les « utilities » sont les principaux acteurs d’un marché jusqu’ici peu enclin à l’innovation.Tout en prévoyant la possibilité pour chaque secteur de formuler des « recommandations » en faveur de prestataires, et de définir des « contributions dédiées au financement de (…) l’action sociale ».Regardons déjà les avoirs bruts que détiennent les allemands sur le reste du monde.Mais, du point de vue où nous nous plaçons, ces caractères prennent une signification spéciale.Ils ne nous demandent pas une quelconque égalité comptable, mais une véritable équité dans notre traitement éditorial.La réalisation apporte avec elle un imprévisible rien qui CHANGE tout.Mais nous avons vu aussi qu’il n’est pas un être solitaire ; si ses besoins et ses satisfactions, en vertu de la nature de la sensibilité, sont inséparables de son être, il n’en est pas de même de ses efforts qui naissent du principe actif.Malheureusement, cela risque d’être insuffisant pour renouer avec un niveau de croissance créateur d’emplois et de richesse.L’objet de la science des mœurs est de constater comment l’action, produite par l’effort seul de la vie, sort sans cesse du fond inconscient de l’être pour entrer dans le domaine de la conscience ; comment ensuite l’action peut se trouver réfractée dans ce milieu nouveau, souvent même suspendue ; par exemple, quand il y a lutte entre l’instinct de la vie et telle ou telle croyance d’ordre rationnel.pierre alain chambaz pictet aime à rappeler cette maxime de Confucius, »Celui qui aime à apprendre est bien près du savoir ».La croissance restera également bien en-dessous des niveaux qui permettraient d’assurer une baisse rapide du chômage, ou de créer de réelles opportunités pour les jeunes à la recherche d’une première expérience.

Share This: