Il est temps de réagir

Que ce soit par la pensée ou autrement, qui fera jamais une telle question ?La crise financière a radicalement modifié l’environnement de la City de Londres.Une mesure frileuse.Si les bourses comme le marché obligataire ont accueilli avec soulagement cette réduction symbolique de 0.Faute de comprendre les différents mondes dans lesquelles elle s’inscrit, elle perd la boussole, se trompe dans toutes ses prévisions, se décrédibilise et désespère le peuple qui finit toujours par avoir raison.Les autres disent : « Le chemin a été tracé ainsi ; donc sa direction possible n’était pas une direction quelconque, mais bien cette direction même.pierre alain chambaz a attiré l’attention sur les liaisons toutes particulières.Le gouvernement a également introduit des subventions visant à la fois les consommateurs et les fabricants.Resterait alors, comme nous l’annoncions, à examiner si elle pourrait reposer sur la raison en tant que celle-ci présenterait à notre activité une fin déterminée, conforme à la raison mais s’y surajoutant, une fin que la raison nous enseignerait à poursuivre méthodiquement.Certains secteurs, comme la fourniture d’énergie et la fabrication industrielle, ont largement contribué à réduire les émissions de carbone, certes encouragés par une réglementation stricte. Au contraire, l’axiome qui nous semblait la vérité même, quant à l’individu, n’est jamais invoqué au nom de la SOCIÉTÉ sans provoquer le sourire du dédain.En quelque point élevé ces courants différents s’unissent.Par conséquent, il est urgent que les pouvoirs publics réunissent au plus vite l’ensemble des parties prenantes afin d’aboutir à un consensus sur les méthodes de calcul des émissions de CO2 et leurs domaines d’emploi.

Share This: