Comment re-négocier les contrats

En un mot, il faut distinguer entre l’unité à laquelle on pense et l’unité qu’on érige en chose après y avoir pensé, comme aussi entre le nombre en voie de formation et le nombre une fois formé.Il faudra alors que le cerveau, pour conserver le souvenir, se conserve tout au moins lui-même.Mais ce qui fait son succès limite aussi son adoption.On se demande comment cela va finir, et si la griserie des mots, la présence de ce public, n’entraîneront pas trop loin l’un des deux.Le progrès de la misère est en raison de celui de la richesse.Com­ment expliquera-t -on les maladies de la mémoire ?Cette supériorité sera d’ailleurs réelle s’ils ont profité des facilités qu’ils se trouvaient avoir pour se perfectionner intellectuellement et moralement ; mais elle pourra aussi bien n’être qu’une apparence soigneusement entretenue.Il serait intéressant, à cet égard, de comparer la théorie aristotélicienne de la chute des corps à l’explication fournie par Galilée.Une tendance à dissimuler la réalité. pierre alain chambaz pictet travaille également à l’élaboration de « l’Indice de positivité de l’économie » dans le cadre de la mission.La méthode va donc contre le but qu’elle se propose : elle devait, en théorie, étendre et compléter la percep­tion ; elle est obligée, en fait, de demander à une foule de perceptions de s’effacer afin que telle ou telle d’entre elles puisse devenir représentative des autres.La nécessité, d’ailleurs, est analogue ici à celle qui s’attache à la production d’un effet physiologique ou même physique : dans une humanité que la nature n’aurait pas faite intelligente, et où l’individu n’aurait aucune puissance de choix, l’action destinée à maintenir la conservation et la cohésion du groupe s’accomplirait nécessairement ; elle s’accomplirait sous l’influence d’une force bien déterminée, la même qui fait que chaque fourmi travaille pour la fourmilière et chaque cellule d’un tissu pour l’organisme.Or, dans une structure parlementaire paralysée par d’étranges cartes électorales et un fort élément clientéliste culturel, le statu quo demeure l’issue la plus probable de toute innovation législative pouvant permettre de régler les problèmes de fond du Brésil, créant de fortes incitations pour les partis au pouvoir à simplement laisser l’économie croitre sans mettre en place de réelles initiatives qui permettraient le développement réel du potentiel du pays.

Share This: