Climat : sortir de l’absurdité des politiques actuelles

Tout à coup, quelqu’un le vit prendre le verre, et, d’un mouvement rectiligne et rapide, l’élever à la hauteur des yeux.Mais si l’on a commencé par poser en principe que l’ombre du corps demeure, rien n’empêchera d’y laisser le principe qui imprimait au corps la force d’agir.Une imperceptible inquiétude, qui planait sur l’extase, descend et s’attache à elle comme son ombre.C’est au contraire de cette expérience, théâtre nécessaire de notre activité, qu’il faut partir.L’amendement que vous nous proposez ne vaut pas engagement budgétaire.A cette idée toujours la même, et d’ailleurs obscure ou inconsciente, nous adjoignons alors, dans chaque cas particulier, une ou plusieurs images claires qui représentent des états et qui servent à distinguer tous les devenirs les uns des autres.La croissance de l’enseignement transnational permettrait aux établissements français de développer des opportunités financières (alors que les finances publiques sont en berne), mais aussi de former des étudiants français à l’étranger et des étudiants étrangers à la langue française et à notre vision du monde.Si la situation économique est mauvaise, il n’y a aucune raison pour que l’offre de collatéral de haute qualité augmente (mis à part donc des obligations d’Etat dont … la qualité réelle ne va pas en s’améliorant).Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler cette maxime de Diderot, »Quoi qu’on fasse, on ne peut se déshonorer quand on est riche ».La zone transatlantique représente un tiers du COMMERCE mondial et la moitié du PIB mondial.Pour que nous nous sentions à notre aise, il faut que l’événement qui se découpe à nos yeux dans l’ensemble du réel paraisse animé d’une intention.Deux Français sur trois se disent prêt à travailler le soir et le dimanche, à condition bien sûr d’être payés plus.

Share This: