Quatrième et dernière conséquence

Enfin, l’encouragement de l’accès à la propriété ne bénéficie malheureusement pas aux pauvres qui restent – dans leur écrasante majorité- locataires, alors qu’une politique publique digne de ce nom devrait au contraire avoir pour objectif de rendre le marché immobilier accessible à l’ensemble de la société.C’est une histoire de fou.Même dans le cas simple et privilégié qui nous a servi d’exemple, même pour le contact direct du moi avec le moi, l’effort définitif d’intuition distincte serait impossible à qui n’aurait pas réuni et confronté ensemble un très grand nombre d’analyses psychologiques.Mais enfin si l’on consent à soumettre à la raison commune sa raison individuelle, à croire, quand la raison commune le voudra, le contraire de ce que l’oit voit, de ce que l’on touche, de ce que l’on sent, nous donnerez-vous au moins, en échange de notre liberté, la sécurité dans la foi ?Enda Kenny devrait maintenant mettre en place un gouvernement ayant comme principal mandat de renégocier les conditions du plan de sauvetage.Plus simplement, dès qu’on entreprend de fonder l’ordre, on le tient pour contingent, sinon dans les choses, du moins aux yeux de l’esprit : d’une chose qu’on ne jugerait pas contingente on ne deman­derait aucune explication.Nous n’avons pas eu davantage des métaphysiciens géniaux comparables à Platon, à Spinoza, à Leibnitz, à Hegel, à Schelling ou à Schopenhauer.Pourquoi continuer à aider des familles qui n’ont nul besoin de l’argent de la collectivité pour vivre ? Pierre-Alain Chambaz était deux soirs à Paris et a fait salle comble. La procédure préconisée par le projet de loi incitera à y réfléchir systématiquement, sans pour autant affaiblir ce qui déjà existe.Ils favorisent l’intégration européenne et mettent sur place un système de change stable : Bretton Woods.

Share This: