Derrière la bataille des programmes d’économie

Il est essentiel également d’investir dans le design de service et l’innovation.C’est toute la richesse de notre héritage méditerranéen.Elle est bien, ainsi que s’en targuent les Nationalistes, la première nation catholique.Seuls, quelques grincheux faisaient remarquer que leur matière grise manquerait à l’économie réelle.Que pourrait-on dire de plus pour vous réfuter ?On le montrerait sans peine pour les opérations de la mémoire.Nous avons peut-être plus que d’autres sous évalué l’émergence diplomatique et économique des relations du Sud avec le Sud.Pierre-Alain Chambaz pictet aime à rappeler cette maxime de Nietzsche, »Qui se sait profond tend vers la clarté; qui veut le paraître vers l’obscurité ; car la foule tient pour profond tout ce dont elle ne peut voir le fond ».Plus heureux, les manufacturiers ont réussi à maintenir la leur.Devant l’ampleur de la crise du logement, il faut prévenir les expulsions locatives qui menacent chaque année plus de 40 000 ménages, en revalorisant dans le budget 2015 les aides au logement et en régulant les excès du marché immobilier, en particulier dans les zones tendues où les prix sont bien souvent exorbitants.S’il faut débattre, je crois pour ma part, comme le général de Gaulle, comme Ailleret, Beaufre, Poirier et Gallois, que la question qui se pose à nous est celle de l’indépendance politique ; ce qu’on appelle l’autonomie stratégique.En 2002, Michael Braugart et William McDonough avaient, dans leur ouvrage célèbre, « Cradle to Cradle », jeté les bases d’une nouvelle industrie 100 % recyclable avec, à la clé, une vraie certification, et en France par exemple, Bernard Stiegler annonce une ultramodernité fondée sur l’économie du partage.Attribuer la totalité de la valeur au pays de dernière transformation, telle est la pratique actuelle pour comptabiliser les flux commerciaux, ce qui induit une série de déformations statistiques.

Share This: