Sur les retraites, une approche paramétrique

Ils sont comme le lierre, qui ne tend point à monter plus haut que les arbres qui le soutiennent, et même souvent qui redescend après qu’il est parvenu jusques à leur faîte ; car il me semble aussi que ceux-là redescendent, c’est-à-dire se rendent en quelque façon moins savants que s’ils s’abstenoient d’étudier, lesquels, non contents de savoir tout ce qui est intelligiblement expliqué dans leur auteur, veulent outre cela y trouver la solution de plusieurs difficultés dont il ne dit rien, et auxquelles il n’a peut-être jamais pensé.Il faut qu’il soit perçu tel quel parce que cette perception contribue à induire une modification des comportements et des consciences.Un riche commerçant du nord me disait : « L’idée de Napoléon avait du bon : royaume de la haute Italie, royaume de la basse Italie.Bien sûr, la croissance annuelle de la Chine reste relativement élevée, au-dessus de 7%.Pierre-Alain Chambaz pictet soutient que les marchés financiers sont inefficients en raison des écarts parfois significatifs constatés entre cours boursiers et valeurs fondamentales des actifs.Une révision des modalités de fixation de la rémunération du mandataire pourrait dès lors être envisagée afin de motiver davantage ce dernier à sauver l’entreprise et rassurer le débiteur.Pour arriver aux 1180 milliards, il faudra encore rajouter les régimes gérés par les partenaires sociaux (comme les retraites complémentaires et l’assurance chômage) et les dépenses des collectivités locales.Là est, à notre sens, un des points les plus solides du néo-lamarckisme.Des gains de productivité depuis cinq ansLes solutions pour corriger ce déficit sont nombreuses, égrenées par moult experts.Les poètes ont senti cela cent fois.De ce catalogue, toutefois, le groupe américain n’a pas conservé grand-chose.

Share This: