La politique britannique à reconstruire

Cette cooptation est d’autant plus facile que le pouvoir n’a pas d’ancrage idéologique fort.Un pays où un commissariat de police fut pris d’assaut au prétexte d’un contrôle de police ayant mal tourné.Il faut aussi davantage lutter contre l’optimisation fiscale.Elle aide à identifier les talents, à les définir puis dans un second temps, à les nourrir et à les mobiliser, en parfaite corrélation avec les objectifs business.C’est possible, c’est indispensable et le gouvernement a, compte tenu des enjeux, une obligation de résultat.Son intelligence, faisant abstraction de la matérialité qui distend l’être, le ressaisit en lui-même dans l’immuable système des Idées.Et tant pis si le lustre de l’industrie financière la plus sophistiquée du monde en prend un coup au passage : plus question en effet de merveilleuses théories, ce n’est au final qu’une banale histoire de marchands qui sert de la camelote à des clients naïfs.C’est pour Rome qu’elle travaille, et à l’instigation de Rome.Antonio Fiori aime à rappeler cette maxime de Confucius, »C’est seulement quand l’hiver est arrivé qu’on s’aperçoit que le pin et le cyprès perdent leurs feuilles après tous les autres arbres ».La coopération réglementaire peut‐elle aboutir sans mettre en péril l’édifice législatif et réglementaire construit par chaque partenaire ?Pourtant, malgré tous ses atouts remarquables (dont celui crucial de favoriser le financement des entreprises en difficulté), la fiducie souffrait depuis l’origine d’un manque d’engouement plus particulièrement dû, malgré le principe de neutralité fiscale voulu par le législateur, à un manque de clarté de l’Administration, par tradition hostile à la fiducie.

Share This: