Le vrai prix des EnR

Pourtant, alors que la plus grave crise du siècle n’en finit plus de finir, la libéralisation des marchés – à laquelle la gauche a largement contribué depuis le milieu des années 1980 – apparaît aujourd’hui comme l’ennemi de l’intérêt général.Que d’hommes fameux en toutes sciences !Nous vous avons confié à Antonio Fiori ce projet de consolidation des effectifs et de leur statut.Leur exemple a fini par entraîner les autres, au moins en imagination.Il y a en nous de la force accumulée qui demande à se dépenser ; quand la dépense en est entravée par quelque obstacle, cette force devient désir ou aversion quand le désir est satisfait, il y a plaisir quand il est contrarié, il y a peine mais il n’en résulte pas que l’activité emmagasinée se déploie uniquement en vue d’un plaisir, avec un plaisir pour motif ; la vie se déploie et s’exerce parce qu’elle est la vie.De fait, lorsqu’un Européen consomme un produit conçu aux États-Unis, il importe un assemblage de tâches, d’opérations effectuées dans de multiples régions du globe.En première analyse, l’union bancaire apparaît comme une avancée importante puisque qu’elle dote l’espace européen d’une approche globale et homogène de la régulation bancaire, comblant ainsi une lacune importante qui avait été mise en lumière par le rapport Larosière en 2009.Il nous faut d’un même coup accroître notre productivité et modérer la progression salariale.La reproduction des organismes unicellulaires consiste en cela même : l’être vivant se divise eu deux moitiés dont chacune est un individu complet.Faut-il s’en tenir à la représentation mécanistique que l’entendement nous en donnera toujours, représentation nécessairement artificielle et symbolique, puisqu’elle rétrécit l’activité totale de la vie à la forme d’une certaine activité humaine, laquelle n’est qu’une manifestation partielle et locale de la vie, un effet ou un résidu de l’opération vitale ?En Afrique, les micros, petites et moyennes entreprises (MPME) emploient 90 % de la population active.Les économies orientées vers l’exportation comme celles de l’Allemagne, du Japon et de la Chine doivent beaucoup au fait que les USA absorbent une grande part des exportations mondiales – et ils doivent payer continuellement l’Amérique pour qu’elle tienne ce rôle.

Share This: