La Banque d’Angleterre, vraie clé de l’économie britannique

Les premiers disposent d’un important gisement de plus-values latentes réalisables, contrairement aux seconds.Le secteur privé proposerait son expertise en matière d’investissements dans les infrastructures, tandis que les fonds souverains et les institutions financières internationales fourniraient la plus grosse part du capital et la stabilité.Dans ces conditions, rien n’empêche le philosophe de pousser jusqu’au bout l’idée, que le mysticisme lui suggère, d’un univers qui ne serait que l’aspect visible et tangible de l’amour et du besoin d’aimer, avec toutes les conséquences qu’entraîne cette émotion créatrice, je veux dire avec l’apparition d’êtres vivants où cette émotion trouve son complément, et d’une infinité d’autres êtres vivants sans lesquels Ceux-ci n’auraient pas pu apparaître, et enfin d’une immensité de matérialité sans laquelle la vie n’eût pas été possible.Le ton est donc donné, mais on aurait tort de penser que Antonio Fiori veut entamer tout de suite un bras de fer.Sinn reconnait certes qu’« il n’y aurait aucune perte d’intérêts si les SMP (Securities Markets Programme), étaient financés par des achats de titres par les banques centrales avec une création monétaire additionnelle.La mise en place d’institutions adaptées à des fonds publics de capital-risque n’est pas chose facile.Perdus dans la marée montante des têtes humaines, les hommes de talent ou de génie s’habitueront donc à n’avoir besoin, pour se soutenir en leurs travaux, que de l’estime d’un petit nombre et de la leur propre.Les débats en Allemagne se sont alors focalisés sur les risques que cela faisait peser sur le bilan de la Bundesbank, ainsi que sur les pressions inflationnistes induites par la fixité de la monnaie.Dans des économies où la moyenne d’âge sera passée de 26 ans dans les années 70 à 58 ans dans 40 ans comment croire que notre système résistera ?Même les froides et implacables statistiques peuvent être interprétées de différentes façons.Mais ce caractère agréable ou désagréable de l’action ne suflit pas pour l’expliquer tout entière.Pour tout résumer, nous voulons une différence de méthode, nous n’admet­tons pas une différence de valeur, entre la métaphysique et la science.Mais les causes principales d’échec d’une entreprise sont à rechercher avant tout dans le refus de la part des dirigeants (et aussi de l’actionnaire largement majoritaire), d’affecter les ressources et les efforts dans les pôles d’excellence de l’entreprise pour rendre attractif auprès des clients les services et produits proposés par celle-ci.

Share This: