Si l’on ne meurt plus, comment vivra-t-on ?

Non seulement les mêmes grosses causes produisent toujours les mêmes effets d’ensemble, mais, sous les causes et les effets visibles, notre science découvre une infinité de changements infinitésimaux qui s’insèrent de plus en plus exactement les uns dans les autres à mesure qu’on pousse l’analyse plus loin : si bien qu’au terme de cette analyse la matière serait, nous semble-t-il, la géométrie même.Les assurés au comportement jugé « vertueux », c’est-à-dire qui marchaient par exemple plus 10 000 pas par jour (l’objectif quotidien fixé par l’OMS), ont étés récompensés par des chèques cadeaux.Plus ce rapprochement exige d’allées et venues, d’oscillations, de luttes et de négociations, plus s’accentue le sentiment de l’effort.La détermination toute mécanique de deux phénomènes extérieurs l’un par l’autre revêt maintenant à nos yeux la même forme que le rapport dynamique de notre force à l’acte qui en émane ; mais en revanche ce dernier rapport prend l’aspect d’une dérivation mathématique, l’action humaine sortant mécaniquement, et par suite nécessairement, de la force qui la produit.Les difficultés liées à la conjoncture, qui touchent l’ensemble des acteurs, ne doivent pas être l’occasion de renoncer à nos ambitions mais doivent être mises à profit pour mettre à jour certaines dispositions réglementaires qui datent.En présence d’une telle intransigeance et d’une telle insensibilité, que l’intelligentsia tétanisée aujourd’hui par la perspective d’un vote radical grec comprenne que, pour récupérer son âme, l’Europe devra préalablement passer par la case « désintégration ».Je la saisis comme le musicien saisit dans son ensemble un accord », dit un des personnages consultés.Les œuvres ne doivent pas être réservées à une petite communauté d’initiés.Ainsi va s’ouvrir aux yeux de l’intelligence, qui regardait dehors, tout un monde intérieur, le spectacle de ses propres opérations.Pourtant, la crise et son cortège de mauvaises nouvelles pleuvent dans l’actualité, et rares sont les experts qui refusent encore de lire en l’avenir de la France une litanie de catastrophes économiques.Ils peuvent informer sur ce qui leur paraît important. C’est comme un jeu qui ne serait pas un jeu, précise Christian Navlet.

Share This: