Zone euro : le jour du jugement approche

En y regardant de près, je verrais que ce temps abstrait est aussi immobile pour moi que l’état que j’y localise, qu’il ne pourrait s’écouler que par un changement de qualité continuel, et que, s’il est sans qualité, simple théâtre du changement, il devient ainsi un milieu immobile.Je ne comprends pas du tout pourquoi certains phénomènes cérébraux s’accompagnent de con­science, c’est-à-dire à quoi sert ou comment se produit la répétition consciente de l’univers matériel qu’on a posé d’abord.Il aura beaucoup d’influence sur l’esprit de ma femme.La force de la preuve serait d’ailleurs proportionnelle au degré d’écartement des lignes d’évolution choisies, et au degré de complexité des structures similaires qu’on trouverait sur elles.Dans l’état actuel des choses, c’est probable tant nous baignons dans cette douce inconscience, faite d’angélisme et de déni mêlé de fatalisme qui est toujours le prélude aux grandes défaites.Trois quart des salariés impactés sont atteint dans leur productivité, note Christian Navlet le patron de cette société.La construction et l’immobilier, au premier chef puis le commerce, le transport et les services aux entreprises et enfin les services administrés.Depuis l’éclatement de la crise de l’euro, les chefs de gouvernement et leurs ministres n’ont cessé de chercher un moyen de faire fonctionner ce qui avait dysfonctionné : le pacte de stabilité, en clair les règles budgétaires communes.Il ne saurait être question de les affaiblir – même si certaines situations mériteraient une analyse poussée des positions concurrentielles.Il faut donc que la philosophie puisse se mouler sur la science, et une idée d’origine soi-disant intuitive qui n’arriverait pas, en se divisant et en subdivisant ses divisions, à recouvrir les faits observés au dehors et les lois par lesquelles la science les relie entre eux, qui ne serait pas capable, même, de corriger certaines généralisations et de redresser certaines observations, serait fantaisie pure ; elle n’aurait rien de commun avec l’intuition.Il tend donc et tendra de plus en plus dans l’avenir à diminuer ia peine ; il économisera les châtiments, les prisons, les sanctions de toute sorte ; ce sont là des dépenses de force sociale parfaitement inutiles, dès qu’elles dépassent le seul but qui les justifie scientifiquement : défense de l’individu et du corps social attaqué.

Share This: