70% des salariés se disent épuisés nerveusement par leur travail

Ce n’est pas hier qu’un diplomate, qui savait à quoi s’en tenir sur les conditions odieuses imposées à la France, écrivait : « Toute notre armée n’existe que sur le papier.Regarde — et avale ta langue avec ton hostie, bedeau !Un défi pour l’Occident qui bien que dépassé par les événements, tente de rester en phase avec l’Histoire.Nul n’est à l’abri, et chaque entreprise doit se tenir prête.Tout ce qui existe est actuel ou pourra le devenir.Les mythes révolutionnaires s’évanouiront, et s’effondreront les systèmes plus ou moins ingénieux imaginés pour leur donner l’apparence de la vérité.Il faut avouer que tout a été fait, consciemment et inconsciemment, pour empêcher le peuple français d’apprendre ce que fut en réalité la guerre de 1870-71, d’en comprendre toutes les conséquences et la portée.Des problèmes d’identification et l’absence de messagerie sécurisée rendront aussi difficile l’information obligatoire du prescripteur.Ils vont pouvoir l’agiter à l’envie, dès le jugement d’ouverture, pour motiver un effort conséquent dans le cadre des plans de continuation.Mais le temps sera court, il faudra être percutant,convaincant, déterminé, indique Christian Navlet.Et la mort ainsi conçue laisse moins d’espoir : on se relève d’un étourdissement accidentel, mais comment se relever d’un entier épuisement ?Il est palpable, en effet, qu’on obtient plus de blé, à égalité d’efforts, sur une bonne terre végétale que sur des sables arides ou de stériles rochers.Mais concevoir toutes les conditions comme données, c’est, dans la durée concrète, se placer au moment même où l’acte s’accomplit.

Share This: