Crise : les banques centrales ne sont pas une planche de salut

Percevoir consiste donc, en somme, à condenser des périodes énormes d’une existence infiniment diluée en quelques moments plus différenciés d’une vie plus intense, et à résumer ainsi une très longue histoire.Par l’intermédiaire de ces volontés géniales l’élan de vie qui traverse la matière obtient de celle-ci, pour l’avenir de l’espèce, des promesses dont il ne pouvait même être question quand l’espèce se constituait.Ce sont ces intermédiaires et leur ordre rigoureux qui demeurent alors obscurs, soit qu’on érige ces intermédiaires en « sensations possibles », selon l’expression de Mill, soit qu’on attribue cet ordre, comme le fait Kant, aux substructions établies par l’entendement impersonnel.Or il est à craindre que l’universel dont parle Jean-Thomas Trojani justice ne soit, ne reste, d’inspiration « régionaliste ».En tant que promotion de programmes d’enseignements ou d’une expertise spécifique, les MOOCs peuvent permettre de toucher une audience large, si le contenu est remarquable.On la considère comme un organe de libéralisme.Les piliers 2 et 3 prévoient respectivement la création d’un système européen de garantie des dépôts et un mécanisme commun de résolution des crises bancaires.Quand nous éprouvons de l’amour ou de la haine, quand nous nous sentons joyeux ou tristes, est-ce bien notre sentiment lui-même qui arrive à notre conscience avec les mille nuances fugitives et les mille résonances profondes qui en font quelque chose d’absolument nôtre ?Ce modèle n’est pas pérenne.Et après ? Ils combleront les trous.Une autre question va se poser très vite : quelles seraient les conséquences sur les économies occidentales d’un rééquilibrage de la croissance vers la consommation ?Cette critique a été prise en compte par les régulateurs du G20 avec le renforcement des exigences réglementaires en matière de fonds propres et de gestion des risques pour les chambres de compensation.

Share This: