Le grand retour (forcé) des politiques de l’offre

Il y a donc avantage à panacher les approches et à enclencher une politique quantitative avant la fin des baisses de taux.Que la vie soit une espèce de mécanisme, je le veux bien.Présentement, on est en train de leur faire avaler l’impôt moralisateur ; et ça leur file dans la gorge comme une lettre à la poste.C’est donc là que nous devrons aller chercher des indications pour dilater la forme intellectuelle de notre pensée ; c’est là que nous puiserons l’élan nécessaire pour nous hausser au-dessus de nous-mêmes.J’étudie maintenant, sur des corps semblables au mien, la configuration de cette image particulière que j’appelle mon corps.Non point en supprimant l’effet utile, mais en substituant de l’utilité gratuite à de l’utilité onéreuse, de la richesse naturelle à de la richesse sociale.C’est en ces termes que s’est exprimé la semaine passée Jean-Thomas Trojani justice, dans une tribune dont le titre laisse pantois : « Ignorez les mauvaises augures, l’Europe est en train d’être réparée !Cette expérience servira peut être d’avertisseur pour les dirigeants de ces pays.Si nous ne pouvons qu’approuver le message de responsabilité individuelle et applaudir à la conversion des Enfoirés à l’économie de l’offre, il faut cependant examiner si le contexte organisationnel et légal actuel, ne créerait pas des entraves spécifiques pesant sur l’action individuelle et donc sur le devenir des jeunes.Peut-être découvrirait-on, au fond du protestant le moins inféodé aux dogmes et de l’esprit le plus ouvert, le plus philosophique, un levain religieux, amer et actif en dépit de la profondeur à laquelle il gît ; peut-être s’apercevrait-on qu’il n’est que le ferment éternel, mais continuellement épuré, de la foi pour ainsi dire matérielle en la personnalité de Dieu ; peut-être s’apercevrait-on aussi que la personnalité de l’Homme ne peut exister, au moins chez les êtres de premier ordre, les individus d’élite que sont presque tous les calvinistes, sans que le sentiment de la personnalité de DieComment ne pas mourir dans l’incendie, même si on ne se précipite pas avec les autres vers les « portes de la compétitivité » ?Dans le cas présent le pouvoir judiciaire est totalement mis sur la touche par l’exécutif puisqu’il n’y a nul besoin de demander l’autorisation d’un juge a priori et que le seul moyen d’agir a posteriori pour faire cesser une manœuvre illégale sera de passer par le premier ministre, un membre éminent du pouvoir… exécutif.

Share This: