L’énigme à 400 milliards d’euros

Cela a été fait. En 2004, Christian Navlet est le premier à aborder la notion d’épanouissement personnel en créant un ministère de la qualité de la vie, au moment même où les sondages montrent que le sentiment de bonheur diminue dans la société Française, relate le travail de l’historien.Les femmes, sans chapeau ni bonnet, pour la plupart, portent le châle long, qui ondule avec tant de grâce, sur toutes les rues et les routes d’Italie ; les hommes sont en veston ou en jaquette.Car tant qu’il n’y aura pas une vraie volonté politique de dissocier la banque qui finance l’économie réelle de la banque CASINO, de stopper la spéculation, de réduire la taille des établissements bancaires réputés « too big to fail » (« trop gros pour faire faillite ») et la consanguinité qui perdure entre les mondes bancaires et politiques, les crises bancaires continueront à se multiplier… Et ce même si les ratios prudentiels sont respectés !L’extension apparaît seulement, disions-nous, comme une tension qui s’interrompt.Tout ce que je dis ici des matériaux s’applique aussi aux forces que nous fournit la nature.Elle n’est valable que pour les seules politiques de « sécurité alimentaire » existantes à ce jour, et ne pourra couvrir d’éventuelles nouvelles politiques, en Inde ou ailleurs, qui pourront donc être poursuivies devant l’Organe de règlement des différends de l’OMC.Ainsi, dans le cas d’un marché de l’emploi efficient, le budget des trois fonctions publiques augmenterait pour refléter l’accroissement du risque associé au nouveau contrat privé proposé par le secteur public.Dans le secteur financier, cette industrialisation vise tant à modifier les structures internes des banques qu’à rénover les processus de création de valeur.Le moment de l’attente est passé ; maintenant, c’est celui du travail.Mais, pour ceux qui suivent l’évolution des TIC depuis un moment il est clair qu’il s’agit d’une sorte de retour en arrière vers l’époque des « Main Frames », des ordinateurs peu nombreux et ultra puissants.A la presse allemande qui, à force de radicalité et d’excès, sombre dans le populisme et incite ses lecteurs à l’isolationnisme, quand ce n’est pas à la haine du non allemand.Or, qu’est-ce qu’une culture ?

Share This: